Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

traité de lisbonne

  • Pour le Front de Gauche

    FG2.JPG

    Avertissement :

    Je suis profondément pour l’Europe, je ne suis pas souverainiste. J’ai voté non lors du référendum « Maastricht » essentiellement à cause de l’indépendance de la BCE qui interdit toute politique économique et monétaire démocratique. J’ai voté non en 2005 car le texte proposé entérinait la « concurrence libre et non faussée » et ne comportait aucune disposition sur l’Europe sociale. La crise grave et récente montre à l’envi l’échec du modèle néolibéral et la « main invisible du marché » ne régule pas mais conduit à des désastres. Quant au traité de Lisbonne, malgré quelques avancées au profit du parlement européen, il constitue une version bis du traité rejeté en 2005 et nous avons été privé de référendum, sauf en Irlande, et les ratifications par les parlements n’ont pas reflété les opinions majoritaires dans de nombreux pays de l’Union.

    Mon vote du 7 juin ne sera pas lié à des questions de politique intérieure.

    Je ne voterai évidemment pas pour l’UMP et le Nouveau Centre qui portent quoiqu’on en dise cette politique néolibérale.

    Je ne voterai pas pour le MODEM, son président François Bayrou reste un homme de droite malgré ses gesticulations anti-sarkozystes.

    Je ne voterai pas pour le PS : au Parlement Européen ses députés ont voté à 80% avec la droite ; plus grave, le PS aurait pu s’opposer à la ratification du Traité de Lisbonne au Parlement réuni en Congrès, il ne l’a pas fait.

    Je ne voterai pas pour Europe Écologie qui est pour la sortie du nucléaire (cf. page 23 de son programme). Je pense en effet que les émissions de CO2 sont un problème trop grave pour se passer de l’électricité nucléaire qui, actuellement, n’est pas strictement une énergie renouvelable mais pourrait quasiment le devenir avec la fusion. Encore faut-il s’en donner les moyens et donc augmenter l’effort de recherche dans ce domaine.

    Je ne voterai pas pour le NPA d’Olivier Besancenot. Le NPA se contente de suivre les mouvements sociaux et refuse d’envisager tout compromis pour gouverner et prendre ses responsabilités. Il est par ailleurs bien utile à Sarkozy comme l’était le FN à Mitterrand, j’en veux pour preuve son étonnante présence dans les médias aux ordres du Président.

    Je voterai donc sans aucune hésitation pour le Front de Gauche.

    Salut et fraternité !

    Armel Lonker

    P.S. : La révélation du 29 mai.

    Alain BOCQUET, Député du Nord, déclare à la tribune de Lens (meeting du Front de Gauche le 29 mai 2OO9) :

    "S'abstenir c'est laisser sa voix et les mains libres à la droite et à tous ceux qui ont voté le traité de Lisbonne. Or ce qui se prépare est très grave pour les peuples européens et le peuple français.

    On ne nous dit pas tout !

    On vous cache, Sarkozy en tête, un document confidentiel du Conseil de l'Union Européenne datant du 28 avril 2009 (document 8250/09-ECOFIN257) qui intime à la France d'aller plus loin et plus vite dans  "son programme national de réformes, de renforcer la concurrence dans les secteurs de l'énergie et du fret ferroviaire, ainsi que dans les professions réglementées pour moderniser le marché du travail"

    Quelques lignes plus loin, on notifie à la France de "poursuivre l'amélioration du cadre général de la concurrence dans les secteurs des services". Autrement dit de privatiser plus vite!

    "Ces problèmes doivent être réglés ; poursuit le texte, tout en respectant l'objectif d'encadrement des couts annoncés par le gouvernement, à savoir une croissance zéro des dépenses publiques"

    Ainsi, c'est très clair, le Conseil Européen réclame plus de conccurence, d'attaques contre les secteurs et services publics et de nouvelles diminutions des dépenses publiques et sociales, alors que l'argent coule à flot, pour les banquiers et les multinationales sans aucune contre partie pour l'emploi et les salaires.

    Il faut réclamer la transparence en exigeant que ce document sorte de la confidentialité et qu'un débat télévisé soit organisé en toute urgence ......"