Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aides aux entreprises

  • Xavier Bertand et les retraites

    1519338477.jpg

    Xavier Bertrand a un « petit » CV :

    Maîtrise de droit public. Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) d’administration locale. Assistant parlementaire du sénateur de l’Aisne, de 1987 à 1992. Agent général d’assurances, de 1992 à 2004.

    Cela ne l’empêche pas sous une allure « bonhomme » d’être particulièrement nuisible, sauf au MEDEF.

    Xavier Bertrand dans le JDD du 18 mai dernier : « Pour garantir notre système de retraite, on ne sait pas faire autrement que de passer à 41 ans. L’espérance de vie est aujourd’hui à 81 ans en moyenne, alors qu’elle n’était que de 75 ans en 1982 avec une retraite à 65 ans. On vit de plus en plus longtemps, les Français le savent. Donc, il faut travailler un peu plus longtemps ».

    Ce genre de raisonnement « de bon sens » me fait penser à d’autres « vérités qui vont de soi », par exemple en géométrie. Il y a peu, à l’échelle historique, la géométrie euclidienne allait de soi, par un point extérieur à une droite ne pouvait se trouver qu’une parallèle à cette droite. Et pourtant, dans la géométrie de Riemann il n’y a aucune parallèle possible, dans la géométrie de Lobatchevski il y en a une infinité ; et la cosmologie contemporaine a évacué la géométrie euclidienne !

    Pour favoriser l’emploi des seniors Xavier Bertrand envisage de relever de six mois par an l'âge plancher de dispense de recherche d'emploi pour les chômeurs (57,5 ans actuellement) et il propose de supprimer le «pécule» de départ en retraite pour les personnes n'ayant pas cotisé à taux plein. Ces mesures ne créeraient aucun nouvel emploi senior puisque pour la majorité des employeurs on est « vieux » à partir de 45 ans !

    60-41=19 : donc il faudrait commencer à travailler à 19 ans pour avoir cotisé à taux plein alors que l’entrée dans la vie active se fait plutôt vers 24 ans ; par conséquent le passage à 41 ans ne ferait que faire baisser le niveau des retraites sans résoudre le problème de l’équilibre du système.

    À ce propos, selon le Conseil d’Orientation des Retraites, les déséquilibres seraient de 25 G€ en 2020 et de 70 G€ en 2050. Alors que selon un rapport très critique issu de l’administration même, les aides publiques aux entreprises dans le budget de l’État étaient de 57 G€ en 2005 dont 17 G€ d’allégements de charges. Voila le gisement où trouver de quoi combler les déséquilibres ! Mais le MEDEF n’est pas d’accord !

    Il est vrai que l’adage suivant est toujours d’actualité : « il vaut mieux prendre aux pauvres, certes ils ont peu mais ils sont nombreux » !

    N.B. : cliquez sur les liens pour accéder aux sources.

    1 G€ =  milliard d’euros