Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Retraites - Page 2

  • L'injonction contradictoire

    J'ai déjà écrit que les pseudos n'ont pas le droit de vote ! Mais Maximilien pense à ses nombreux amis, de tous bords. Parmi celles et ceux plus ou moins "vraiment à gauche", certains ont même voté dès le premier tour pour Emmanuel Macron par peur de Le Pen ce que je regrette.

    Quant à ceux qui ont voté pour La France insoumise à qui il n'a manqué que 620 000 voix pour être présente au second tour. Ils sont soumis à de vifs débats internes et externes au mouvement pour apporter leurs voix au candidat de la continuité, et bien pire et pour un temps, du quinquennat de  François Hollande.

    Je comprends ceux qui refusent l'injonction contradictoire :

    "Quand les choses sont au dessus de nos forces, il convient de ne pas les tenter"

    Antigone - Sophocles

     

    Lire la suite

  • Le vrai Mélenchon !

    Le candidat a été invité il y a trois semaines aux MARDIS DE L'ESSEC, une école de commerce où sont formés les élèves aux théories économiques dominantes : le néolibéralisme (Jacques Généreux parle de "Déconomie de marché" dans un livre récent).

    Il y a trois semaines, la progression dans les sondages du candidat n'était pas encore remarquée. Cependant, la longue performance de Jean-Luc Mélenchon devant un auditoire a priori hostile reste un objet vidéo à voir absolument.

    Ce document montre un homme posé, bien loin des caricatures des médias !

    Maximilien l'a regardé en entier mais en trois moments.

    Elle est disponible ci-après :

  • Le choix décisif (suite)

    Un admirateur de Maximilien a souhaité compléter la dernière note :

    Voici pourquoi je ne voterai pas pour EM :

    1. E. Macron a été le conseiller de F. Hollande puis son ministre de l'économie une part importante de mandat du Président "socialiste" de 2012 à 2017 ; les orientations politiques d'E. Macron ont conduit à la destruction du parti socialiste, à l'instauration de mesures antisociales importantes et contraires aux engagements de F. Hollande lors de sa campagne électorale de 2012, à des résultats économiques non conformes aux espérances (réduction du chômage en particulier). Ces orientations, conformes aux objectifs des institutions européennes ne sont pas favorables aux intérêts du peuple français.
    2. E. Macron est un libéral qui ne conteste pas la signature de traités commerciaux avec les USA ou le Canada. Ces traités sont néfastes pour les intérêts du peuple français qui subirait alors le même sort que le Mexique à la suite de l'application du traité ALENA. Attentif au sort de cette population que j'ai côtoyé un temps au moment de la signature du traité, il convient de constater avec le recul que l'accord commercial nord américain n'a pas été une bonne chose pour eux.
    3. E. Macron est partisan de l'austérité souhaitée par les institutions européennes ; il est au contraire nécessaire de relancer l'économie par une politique d'investissement qui n'est pas possible avec l'objectif de réduction du déficit public.
    4. E. Macron est favorable au maintien des institutions françaises de la cinquième République alors que l'on constate qu'une nouvelle organisation du pouvoir politique, plus démocratique s'impose.
    5. E. Macron est favorable à la définition du statut de la première dame de France. Cette vision du pouvoir donné au Président de la République et de son environnement fait plus penser à l'empire de L.N. Bonaparte qu'à un pays démocratique.
    6. E. Macron se dit ni de gauche ni de droite. Il est soutenu par la droite (Madelin, Perben, Douste Blazy, Idrac, etc.) et surtout par les responsables de grands groupes industriels qui voient dans son élection la possibilité de poursuivre plus facilement leurs activités profitables, au détriment des plus fragiles du pays.
    7. Et puis le culte de la personnalité avec son mouvement EM logoté à ses initiales ne me semble pas un bon signe sur la santé mentale de ce candidat.
  • Le choix décisif

    Le 10 mars dernier, Maximilien avait écrit : "Certes, les "pseudos" ne peuvent voter ! Mais les citoyennes et les citoyens y seront conviés."

    Le "double" de Maximilien va voter au premier tour en tout cas. Et son choix était fait depuis longtemps. Cependant, au cours de la précampagne électorale des "affaires" révélées et des rapports de forces que les sondages montrent (sans toutefois indiquer souvent les marges d'erreurs), il a suivi avec attention les déclarations des uns (et de l'une) et des autres. Cela l'a conforté dans son choix.

    Mais, il a noté qu'à moins de deux semaines du jour du vote, environ un tiers du corps électoral était encore hésitant.

    C'est donc aux hésitantes et aux hésitants qu'il s'adresse. Il s'adresse aussi à celles et ceux qui envisagent de voter pour Emmanuel Macron, notamment pour éviter une surprise bien pire que celle du 21 avril 2002.

    À son avis, Emmanuel Macron, ancien ministre de l'économie de François Hollande, énarque, etc. est un produit "marketing", placé "en tête de gondole" par l'establishment et les médias. Son programme (ou ce que l'on y décèle car il dit souvent une chose et son contraire) semble encore plus à droite que les "performances" de Manuel Valls.

    Dans ces conditions, la seule option de gauche est celle du programme "L'Avenir en Commun".

    Des proches et des amis lui disent :"Oui mais je n'aime pas Mélenchon !"

    La politique n'est pas une histoire d'amour mais, si possible, de raison. Au demeurant, ce candidat est le seul à proposer une VI° République et à promettre sa démission à la fin de l'Assemblée Constituante. Il vient encore de déclarer à Marseille :" Je ne veux pas que mon nom soit un programme !".

    Son mouvement a choisi pour logo la lettre grecque PHI pour évoquer la sagesse.

    Son livre "DE LA VERTU" montre un homme apaisé, très loin de l'image colérique qu'en donnent les médias.

    Dans son intervention aux Invalides où il est question de défense il a un discours d'Homme d'État : https://www.youtube.com/watch?v=vQ6VRi0smIo&t=143s.

    Plus généralement, avant de faire son choix, on peut visionner les meetings et/ou les interventions du candidat et des membres de l'équipe de "La France Insoumise" en cherchant "jlm2017" sur You Tube, on peut également s'abonner à la "Lettre hebdomadaire".

    Ne vous trompez pas !

    P.S. : Les soutiens à la candidature de "L'Avenir en commun" sont aujourd'hui de l'ordre de 400 000 et les abonnements Facebook & Twitter de l'ordre du million. Songeons que dans les années 70 le PCF déclarait plus de 500 000 adhérents, il est actuellement autour de 50 000 !

  • Le vrai métier de François Fillon

    Maximilien est abonné à « Là-bas si j’y suis » sur internet pour 5€ par mois.
    Pour mémoire, c’est sous « Moi-Président », en juin 2014, que l’émission culte de France Inter présentée et animée par Daniel Mermet a été supprimée par Laurence Bloch, directrice de France Inter.
    N.B. : voir les détails sur : Wikipédia.

    Comme pour l’émission « Arrêt sur Images » de Daniel Schneidermann, « Las-bas si j’y suis » a choisi l'internet payant pour continuer et c'est encore mieux !
    Ce matin, Maximilien a écouté une chronique de Gérard Mordillat diffusée par « Las-bas si j’y suis ».
    Il vous propose de l’écouter en cliquant ci-dessous (durée 9 minutes) :


    podcast

    Régalez vous et/ou craignez le pire !
    Maximilien